Lettre ouverte à PETA

PETA insiste, une fois de plus, sur la nécessité de libérer l’orque Morgan et sa fille Ula et ils parlent dans toutes leurs publications qu’ils vivent tous les deux en prison. Maintenant, en plus, ils disent qu’Ula est très malade. Il est vrai que le plus petit de la famille Orca Ocean a été malade, mais les membres de PETA, qui n’ont jamais rien fait de plus que de créer de fausses campagnes publicitaires et de gérer des refuges pour chiens où ils sont tués en quelques heures, ne peuvent même pas imaginer le grand effort, le dévouement que les soignants et les formateurs et surtout l’équipe de vétérinaires se sont investis dans la prise en charge d’elle 24h/24 depuis plusieurs semaines. Grâce à eux tous, Ula va bien aujourd’hui, joue avec le reste des orques, et il n’y a plus trace de la maladie intestinale dont elle a souffert ces dernières semaines.

C’est vraiment incroyable que PETA insiste sur l’idée de libérer Morgan et de la « ramener » à la mer, d’où elle a été sauvée par une équipe du Harderwijk Dolphinarium, aux Pays-Bas, après avoir été retrouvée mourante. Nous savons que Morgan a perdu l’ouïe et, par conséquent, ne peut pas écholocaliser, donc si nous la laissions seule en mer, nous l’abandonnerions à une mort certaine. De plus, il s’est également avéré absolument impossible de retrouver sa famille.

Et ces sanctuaires dont PETA parle, dans lesquels retirer des animaux comme Morgan, n’existent tout simplement pas. Ou, s’ils existent, nous les invitons à nous dire où ils se trouvent. Car, jusqu’à présent, nous n’en connaissons qu’un, situé en Islande qui ne garde que des bélugas, et même pas cela, car pendant le long hiver les bélugas retournent dans des mares en béton beaucoup plus petites que celles que nous avons ici, à Loro Parque. Et ils ne sont même pas à l’extérieur, mais à l’intérieur et à l’intérieur.

Donc, pour nous, une association qui ne fait rien pour les animaux, au-delà de fausses campagnes publicitaires sur certains spécimens comme Ula et sa mère Morgan – qui d’ailleurs vivent bien ici, sont parfaitement soignés en cas de présentation d’une maladie – ne peut que diriger les animaux sur le même chemin qu’ils ont conduit les milliers de chiens qu’ils ont tués dans leurs « abris » : vers une mort certaine.

De plus, grâce aux travaux scientifiques menés dans des institutions telles que Loro Parque, un grand travail a été réalisé qui peut favoriser la conservation des populations sauvages. La dernière a été une enquête qui a réussi à établir avec précision l’âge des odontocètes à partir d’une simple analyse de leur ADN.

Quant à PETA, on peut seulement dire qu’ils reçoivent des dons d’une valeur de 60 millions, mais ils dépensent 59,2 % en salaires et vivent bien, tout en investissant dans des projets un montant vraiment ridicule. Loro Parque, cependant, à travers la Loro Parque Fundación, a investi près de 23 millions de dollars dans plus de 200 projets sur les cinq continents, grâce auxquels il a réussi à sauver 10 espèces de perroquets de l’extinction. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Información básica sobre protección de datos Ver más

  • Responsable LORO PARQUE, S.A..
  • Finalidad  Moderar los comentarios.
  • Legitimación Su consentimiento.
  • Destinatarios  LORO PARQUE, S.A..
  • Derechos Acceder, rectificar y suprimir los datos.
  • Información Adicional Puede consultar la información detallada en la Política de Privacidad.

Esta web usa cookies para mejorar su experiencia en nuestra web.    Configuración
Privacidad